Actualités

Nécessité d’un agenda unique et de l’appropriation pour le règlement des crises libyenne et malienne


OSLO - Le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, a pris part, mardi, dans le cadre de sa participation au Forum d’Oslo, en tant que paneliste à la session consacrée à la situation en Libye, aux côtés de Ghassane Salame, Représentant spécial du Secrétaire Général des Nations unies, Niels Annen, Secrétaire d’Etat allemand et David Harlan, Directeur du Centre Humanitarian Dialogue qui co-organise le Forum avec le ministère norvégien des Affaires étrangères.

M. Messahel a rappelé l’attachement de l’Algérie à la stabilité de la région et de la Libye ainsi que ses efforts en vue de soutenir le processus politique de règlement mené par les Nations unies et d’accompagner les acteurs libyens dans la recherche d’une solution politique fondée sur le dialogue et la réconciliation.

Il a également ajouté que le succès du processus de règlement en Libye "est largement tributaire des impératifs d’appropriation par les acteurs libyens et de la démultiplication des initiatives qui ne font que compliquer davantage la situation dans le pays".

M. Messahel a également pris part en tant que paneliste à la session consacrée à la situation au Mali au côté de l’ancien président burundais, Pierre Buyoya, Haut représentant de l’Union africaine pour le Sahel.

A cet égard, il s’est félicité de la confiance qui "s’installe progressivement entre les parties maliennes et de leur appropriation" du processus politique, tel que constaté par la rencontre, le 29 mai dernier à Bamako avec le Secrétaire Général de l’ONU, des membres du Comité de suivi de l’Accord de paix que préside le ministre des Affaires étrangères.

Il a également appelé à soutenir cette dynamique positive en vue du retour durable et définitif de la stabilité et du développement dans ce pays.