Actualités

Problématique migratoire: pour une approche globale à laquelle l'Algérie a toujours adhéré



KAMPALA (OUGANDA) - Le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, a plaidé vendredi à Kampala en faveur d'une action sur les causes profondes de la problématique migratoire par la promotion d’"une approche globale, intégrée, concertée, équilibrée et solidaire" à laquelle l'Algérie a toujours adhéré.

"Dans leur approche de la problématique migratoire, nos partenaires se doivent de reconnaitre, à sa juste valeur, le fardeau, sans égal ailleurs, ainsi porté par les pays africains, et d’agir en conséquence sur les causes profondes de ces phénomènes par la promotion d’une approche globale, intégrée, concertée, équilibrée et solidaire à laquelle mon pays a toujours adhéré", a souligné M. Messahel dans son allocution lors du Sommet sur les réfugiés qui se tient dans la capitale Ougandaise, rappelant, à cette occasion, qu’en ce qui concerne le phénomène migratoire "l’Afrique est le continent qui compte les flux intra-régionaux les plus importants au monde".

Il a indiqué que sur un autre plan, "si l’on peut admettre que la responsabilité devra être partagée, elle ne saurait l’être dans une égale mesure pour tous".

"Le fardeau résultant des conséquences induites par la lutte contre la migration irrégulière ne saurait incomber aux seuls pays d’origine, du reste démunis face à l’ampleur de ce phénomène", a précisé le ministre des Affaires étrangères.

M. Messahel n'a pas manqué de rappeler que l'Algérie, confrontée, à l’instar de la plupart des pays du monde, au phénomène migratoire, et traditionnellement pays d’origine, est devenue, au fil du temps, pays de transit et surtout de destination, accueillant, "ces dernières années, plusieurs milliers de migrants originaires de pays frères subsahariens de son voisinage ainsi que des Syriens dont le nombre dépasse aujourd’hui les quarante mille personnes".

"Consciente de son devoir de solidarité vis-à-vis de l’ensemble de ces migrants, quelle qu’en soit la nationalité, et fidèle à ses traditions d’hospitalité, l’Algérie a consenti, en dépit de moyens limités, des efforts notables pour leur assurer un hébergement décent, pourvoir gratuitement à leurs soins de santé et à l’éducation de leurs enfants, et ouvrir, pour un nombre important d’entre eux, son marché du travail".

"Sensible au drame que vivent ces migrants, l’Algérie continue à mobiliser ses moyens propres pour leur exprimer au quotidien sa solidarité et son entraide", a-t-il noté, réitérant que "c’est dans ce même esprit de solidarité que l’Algérie accueille sur son sol plusieurs dizaine de milliers de sahraouis, contraints à l’exil, du fait de l’occupation de leur territoire, et assure dans une large mesure avec ses moyens propres, la prise en charge de leurs besoins essentiels".

Il a souligné à cet égard, que cette situation qui dure depuis des décennies, rappelle l’"urgence du règlement de ce conflit dans le cadre des résolutions des Nations Unies à travers la tenue d’un référendum d’autodétermination libre et régulier sous les auspices des Nations-Unies".

"Ce règlement permettra aux réfugiés sahraouis de pouvoir enfin retourner dans leur pays en toute liberté et sécurité", a-t-il soutenu.

M. Messahel a estimé en outre, que la participation de l’Algérie à ce deuxième sommet "qui se tient si opportunément dans cette même capitale, se veut un nouveau témoignage de solidarité et de soutien à la République de l’Ouganda, à ses dirigeants et à son peuple, qui supportent, plus qu’aucun autre pays en Afrique dans le reste du monde, le poids d’un nombre toujours croissant de réfugiés de toutes nationalités.

"Nous nous réunissons aujourd’hui à Kampala, une année à peine après le Sommet de New-York de septembre 2016, dédié aux réfugiés et aux migrants.

Ce Sommet fut un temps fort de l’agenda diplomatique puisqu’il a mis en exergue, pour la première fois la problématique de ces millions de personnes contraints à l’exil, volontairement ou non, à la recherche, d’une part, de sécurité et de protection, et d’autre part, lorsque les conditions le permettent, bénéficier d’un relatif confort qui les met hors de portée des persécutions, de la violence, des conflits internes, des guerres, des catastrophes écologiques et de l’insécurité alimentaire", a-t-il encore souligné.



L'Algérie s'associe à l’effort international en faveur des réfugiés sur le sol ougandais



Tout en mettant en relief l'urgence de faire bénéficier l'Ouganda d'"un soutien actif et solidaire" de toute la communauté internationale qui devra se matérialiser à travers l'adoption d'un plan d'aide conséquent, M. Messahel a fait savoir que pour sa part, "l’Algérie qui a eu par le passé à témoigner sa solidarité au peuple ougandais lors du premier Sommet de 2009, ne manquera pas de s’associer, une fois encore, à l’effort que la communauté internationale compte mobiliser en faveur des réfugiés sur le sol ougandais".

"Je tiens enfin à joindre mon appel à ceux des dirigeants ougandais et de l’ensemble de ceux des pays représentés à ce Sommet, afin que la communauté internationale mobilise des moyens financiers suffisants pour permettre à l’Ouganda de poursuivre sa politique d’accueil et de demeurer ce qu’elle n’a jamais cessée d’être une terre d’asile", a-t-il dit, soulignant l’"exemplarité dont fait preuve votre pays à travers l’accueil fraternel qu’il réserve à des flux aussi massifs de réfugiés, et en pourvoyant généreusement, en dépit de moyens limités, à leurs besoins essentiels".

"L’Ouganda peut légitimement s’enorgueillir d’être devenue un pays où viennent trouver refuge de nombreux migrants africains contraints, par la misère ou l’insécurité, de prendre les chemins de l’exil. Si cet afflux de réfugiés, facilité par une politique d’ouverture des frontières, a pris les dimensions qui sont actuellement les siennes, c’est aussi en raison de la liberté de mouvement qui leur est reconnue, de la politique d’autonomisation dont ils bénéficient, et de la possibilité qui leur est offerte d’accéder au marché de travail, ainsi qu’à l’éducation et aux soins", a affirmé M. Messahel assurant cependant, que "puiser dans ses seules ressources ne saurait suffire pour faire face à une présence aussi importante de réfugiés".

"Cette situation n’est pas sans conséquences sur le développement économique et social du pays, et risque à terme de devenir intenable si rien n’est fait pour que ce fardeau soit, au moins partiellement, alléger", a-t-il assuré.

Le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, prend part au "Sommet de la solidarité sur les réfugiés" en qualité de représentant du président de la République, Abdelaziz Bouteflika.

Ce sommet, organisé jeudi et vendredi, conjointement par le président ougandais, Yoweri Museveni, et le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, se penche sur les questions inhérentes à la mise en œuvre des engagements contenus dans la Déclaration de New York pour les Réfugiés et les migrants adoptée par l'Assemblée générale de l'ONU en septembre 2016.



Messahel met en exergue les efforts de l’Algérie dans la gestion des flux migratoires et des réfugiés



Le ministre des Affaires étrangères, Abdelakader Messahel, a mis en exergue vendredi à Kampala, l'"intérêt" que porte l'Algérie aux problématiques des réfugiés et des flux migratoires.

Lors de son intervention aux travaux du Sommet de Solidarité sur les Réfugiés, qui se tient dans la capitale ougandaise, le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, a souligné l’"intérêt" que porte l’Algérie aux problématiques des réfugiés et des flux migratoires ainsi que sur l’"impératif" d’une réponse urgente à ces phénomènes.

Il a ajouté, à cet égard, que "l’Algérie qui accueille sur son sol environ quarante mille réfugiés syriens et plusieurs milliers de réfugiés sahraouis, ainsi que des milliers de migrants subsahariens, demeure fidèle à ses traditions d’hospitalité en réservant, en dépit de moyens limités, des efforts notables pour assurer aux réfugiés et migrants un hébergement décent et pourvoir gratuitement à leurs soins de santé et d’éducation notamment.

M. Messahel a rappelé que "la situation des réfugiés sahraouis, contraints à l’exil, du fait de l’occupation de leur territoire, et dont l’Algérie assure, dans une large mesure, la prise en charge de leurs besoins essentiels, demeure une préoccupation tant pour l’union africaine que pour les nations unies".

A cet effet, il a souligné l’impératif du règlement de ce conflit dans le cadre des résolutions pertinentes des Nations Unies à travers la tenue d’un référendum d’autodétermination libre et régulier sous les auspices des Nations-Unies.

"Ce règlement permettra aux réfugiés sahraouis de pouvoir enfin retourner dans leur pays en toute liberté et sécurité", a précisé le ministre des Affaires étrangères.